Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Ecrire

  • : Le temps du rêve
  • Le temps du rêve
  • : Ecrire pour dire, sortir de soi ce qui ronge et fait mal, exprimer hors de son corps ce que son corps cherche à dire. Exprimer la joie la douleur, la reconnaissance, l’amour, la vie... Si je savais dire, si je pouvais parler, si ma voix était plus forte et mes mots plus libres, alors peut- être, je n’écrirai pas. Mais ce serai un plaisir en moins, une solitude, une paix que je ne connaîtrai pas. Et mon écoute du monde serait vaine…
  • Contact

Nouvelle vie

 

J’ai travaillé pendant trente ans à France telecom où j’étais fonctionnaire, j’ai donc vécu toute l’évolution de cette administration devenue en quelques années une grosse entreprise cotée en bourse. J’ai subis tous ces changements, m’adaptant à chaque étape, jusqu’au moment où il me fallut abandonner mon métier d’assistante en ressources humaines pour un métier du commercial.

Ce qui se passa ensuite, je le raconte dans mon livre.

 Si j’ai choisi la fiction pour dénoncer ce que j’ai vécu, c’est moins pour mettre de la distance avec des souvenirs pénibles que pour avoir du plaisir à l'écrire. Ce que j’aime dans cette activité que j’ai toujours pratiquée, c’est l’invention, la poésie, la fantaisie, le rêve…j’ai donc fait ce roman avec ces outils là, mais tout ce qui concerne les  descriptions des conditions de travail, les rapport avec la hiérarchie, l’organisation du travail est réel.


J'ai mis 4 ans à me décider à partir.

Partir, quitter sans regret un univers trop  âpre que l’on ne comprend plus, partir pour se retrouver, laisser tomber la pression et être là où l’on doit être, au plus près de son âme.

Juste un au revoir, le même que ceux que je lancais  chaque soir - sans attendre de réponse - aux collègues de la vacation du soir. Mais cette fois, pas de lendemain : je n’y serai plus, ni mon corps ni mon esprit. Je serai là où je dois être, dans l’écriture que j’ai mise de côté toutes ces années et qui me fait exploser la tête. Les mots viendront et diront tout. Les mots me libèreront de quelque chose si inexprimable et  m’emmèneront en voyage. J’aurai une autre vie et les heures seront des minutes, et mes journées des tourbillons d’images dont l’évocation servira de  voilures à mon imaginaire

Que regretter ? J’ai tout fait, j’ai tout risqué. Je pars sans savoir qui j’étais vraiment. Oui c’est peut être cela le regret : ne pas savoir qui je fus  pendant toutes ces années…

Bien sur, travailler c’est jouer un rôle, toujours.

Mais quand l’habit pèse trop, il faut un jour l’enlever et savoir se retrouver, dans toute sa vraie nudité, pour enfin se reconnaître et s’aimer à nouveau.

Laisser aller les choses, ne pas en avoir peur. Même si la tête tourne un peu, penser que la vraie vie  va commencer.

Un jour, j’ai refermé  la lourde porte dont j’avais rendu le pass. J’ai entendu  le déclic indiquant le verrouillage, suivi d’un lourd silence.

Je suis partie sans me retourner.

Publication

Si vous souhaitez lire les premières pages de mon roman, le télécharger ou le commander.....ciquez ici

Merci et bonne lecture  !            201012011153_w350.jpg                   

 

couverture_1ere.jpgPour lire l'interview que j'ai donné à Françoise Bachelet sur son blog de litterature  cliquez ici

 

Texte de Jean Breton

Écrire, successivement, pour soulever nos peaux, respirer, saigner, nous prendre à découvert.
Pour recoudre notre puzzle, tout en parlant de ces travaux d’aiguille sonore avec les autres.
Pour faire signe. Pour nous justifier, pour enterrer l’échec ou pour freiner, de page en page, le suicide. Pour faire le ménage onirique, par thérapeutique.
Par recherche de l’identité natale, par goût errant de l’absolu.
Pour nous enrichir et pour tout perdre.
On écrit pour toutes ces raisons mêlées.
On écrit pour toucher terre, contre le refus de l’amour, contre l’origine souillée, contre les phares béants de la mort.
Mais le pays natal, au moment où on l’accoste, se volatilise. Il s’appelait bien sûr, la solitude.
Jean Breton
L’équilibre en flamme

/ / /

LES ANIMAUX DE MON JARDIN


Petite chatte

Blanches pattes et queue tigrée

Tu cours et tu joues
Photo0027.jpg


 

Chat en pot chat-pot.jpg

Belle vue sur le jardin

Oh ! fleurs écrasées

 

 

Sapin toiletté

Sous sa branche ratissé

Chat fais sa toilette



Antoine est venu
Il a retrouvé son chat
Son sourire aussi



Cabane de jardin

Du  soleil sur les sapins

Une poule est perchée


Poule--5-.jpg







Cot cot la poule

Plumes blanches et noire la queue

Gratte et picore
odile.jpg

 

Mésange picore

Sur le bord de ma fenêtre

Souffle retenu


 

 

 

 

 


                                                              chacun-sa-marche.jpg


 

Escalier de pierre

Un gris, un blanc et un noir

 Sur chaque marche un chat

 
--------------------------------------------------------

 

Les arbres et les fleurs

 

 

 

Un gai jardinier

Amoureux des pivoines

Oublie son aimée

 

 

Respirer l’air doux

Lumière dorée du soir

Par la fenêtre


 

 

Sur le chemin creux

Une fleur élégante

Arrête mes pas

 

Jolie découverte

En haut de mon escalier

Un bouton de rose

 

 

Soir d’été douceur

Œillets pensées et glaïeuls

T’offrent leur parfum

 


 

Penché sur la terre

Tu as mis ton tablier

Graines dans ta main

  

 

Sous la terre le bulbe

Planté à l’envers à l’automne

Fleuri au printemps

 

 

A l’abri du vent

Entre Lila et genet

Ma tranquillité

 

---------------------------------------------------------

AUTOMNE
 

 

Joyeux  craquement

Feuilles multicolores

Sous nos pieds bottés

 

Lundi le brouillard

Mardi soleil revenu

Mercredi la pluie !

 

 

Incertitude
Dehors le vent s'est levé
Quand reviendra t-il ?

 

 

Des arbres pliés

Par les rafales de l’Autan

Ce vent qui rend fou

 

La nuit qui tombe

Emporte le vent d’autan

Dans sa nébuleuse

 

Assoupissement

Après le grondement du vent

Fureur de la pluie

 




Sol jonché de noix

Qui s’étalent sous la pluie

Et brillent au soleil

 

 

Les nuits s’allongent

Matin au bord du sommeil

Le jour ne vient pas

 

 

Octobre au soleil

L’été s’attarde encore

Les ormeaux encore verts

 

 

Le gris de novembre

Arrivera si vite

Déjà les regrets

 

 

Jardin d’automne

Cochons d’inde poules et chats

Jouent sous les feuilles

 

Douceur du foyer

Un bon livre auprès du feu

 Dehors le chat miaule

 

 

Première gelée

Les feuilles du noyer

Tombent une à une

 

Arbres dénudés

Dans le ciel encore bleu

Maigres silhouettes








LA VIE EN PASSANT

 

 

 

 

 

Détour d’un lacet

Phares dans le rétroviseur

Des bonds caillouteux

 

 

 

Enfant que je sens

Je t’aime plus que ma vie

Reste au creux de moi

 

 

 

La mer était grise

Le vent emportait sa plainte

Jusqu’à Portimer

 

 

 

Un piano à queue

Egrène une mélodie

Triste dimanche

 

 

Glisse doucement

Du jour vers la nuit des temps

Reste encore un peu

 

 

 

Père et son enfant

Rester encore un peu là

Au chaud contre lui 

 

 

 

Deux balançoires

Des souvenirs oubliés

Le soir est tombé

 

 

 

Lac de montagne

Sur la rive un enfant joue

Le ciel est dans l’eau

 

 

 

 

Les jours ont passés

Ma peine toujours est là

Enfouie dans mon cœur

 

   

Cercueil refermé

Ton fils t’a accompagné

Des larmes à ses yeux

 

Des larmes de pluie

Sur ton cercueil en chêne

Adieu pour toujours

 

 

Douleur partagée

Tes enfants te disent adieu

Cœurs brisés, unis

 

 

Dans un ciel d’encre

Pluie d’étoiles éparpillées

Lune rousse affalée

 

 

Vide incandescent

Ma conscience désintégrée

Méandres du néant

 

 

Orage imprévu

Frappe et fait tomber la pluie

Le soleil revient

 

 

Feu d’artifice

Longue attente de l’enfant

La pluie à minuit

 

 HIVER 


                                                                                        

Croûte de sel

Immobilité gelée

L’hiver en été 

   *****

Sur les grands aulnes

Dans le souffle froid du vent

Tombe la neige


*****

Etoiles dansantes

Sur le chemin silencieux

Trace de mes pas

trace-de-pas.JPG


*****

Craquement du feu

L’enfant sursaute et pleure, vite

Les bras de sa mère

           

Dehors une lueur blanche

Le silence de la neige

*****

                                                             pommiers-neigeux.jpg

Partager cette page

Repost 0
Published by