Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecrire

  • : Le temps du rêve
  • Le temps du rêve
  • : Ecrire pour dire, sortir de soi ce qui ronge et fait mal, exprimer hors de son corps ce que son corps cherche à dire. Exprimer la joie la douleur, la reconnaissance, l’amour, la vie... Si je savais dire, si je pouvais parler, si ma voix était plus forte et mes mots plus libres, alors peut- être, je n’écrirai pas. Mais ce serai un plaisir en moins, une solitude, une paix que je ne connaîtrai pas. Et mon écoute du monde serait vaine…
  • Contact

Nouvelle vie

 

J’ai travaillé pendant trente ans à France telecom où j’étais fonctionnaire, j’ai donc vécu toute l’évolution de cette administration devenue en quelques années une grosse entreprise cotée en bourse. J’ai subis tous ces changements, m’adaptant à chaque étape, jusqu’au moment où il me fallut abandonner mon métier d’assistante en ressources humaines pour un métier du commercial.

Ce qui se passa ensuite, je le raconte dans mon livre.

 Si j’ai choisi la fiction pour dénoncer ce que j’ai vécu, c’est moins pour mettre de la distance avec des souvenirs pénibles que pour avoir du plaisir à l'écrire. Ce que j’aime dans cette activité que j’ai toujours pratiquée, c’est l’invention, la poésie, la fantaisie, le rêve…j’ai donc fait ce roman avec ces outils là, mais tout ce qui concerne les  descriptions des conditions de travail, les rapport avec la hiérarchie, l’organisation du travail est réel.


J'ai mis 4 ans à me décider à partir.

Partir, quitter sans regret un univers trop  âpre que l’on ne comprend plus, partir pour se retrouver, laisser tomber la pression et être là où l’on doit être, au plus près de son âme.

Juste un au revoir, le même que ceux que je lancais  chaque soir - sans attendre de réponse - aux collègues de la vacation du soir. Mais cette fois, pas de lendemain : je n’y serai plus, ni mon corps ni mon esprit. Je serai là où je dois être, dans l’écriture que j’ai mise de côté toutes ces années et qui me fait exploser la tête. Les mots viendront et diront tout. Les mots me libèreront de quelque chose si inexprimable et  m’emmèneront en voyage. J’aurai une autre vie et les heures seront des minutes, et mes journées des tourbillons d’images dont l’évocation servira de  voilures à mon imaginaire

Que regretter ? J’ai tout fait, j’ai tout risqué. Je pars sans savoir qui j’étais vraiment. Oui c’est peut être cela le regret : ne pas savoir qui je fus  pendant toutes ces années…

Bien sur, travailler c’est jouer un rôle, toujours.

Mais quand l’habit pèse trop, il faut un jour l’enlever et savoir se retrouver, dans toute sa vraie nudité, pour enfin se reconnaître et s’aimer à nouveau.

Laisser aller les choses, ne pas en avoir peur. Même si la tête tourne un peu, penser que la vraie vie  va commencer.

Un jour, j’ai refermé  la lourde porte dont j’avais rendu le pass. J’ai entendu  le déclic indiquant le verrouillage, suivi d’un lourd silence.

Je suis partie sans me retourner.

Publication

Si vous souhaitez lire les premières pages de mon roman, le télécharger ou le commander.....ciquez ici

Merci et bonne lecture  !            201012011153_w350.jpg                   

 

couverture_1ere.jpgPour lire l'interview que j'ai donné à Françoise Bachelet sur son blog de litterature  cliquez ici

 

Texte de Jean Breton

Écrire, successivement, pour soulever nos peaux, respirer, saigner, nous prendre à découvert.
Pour recoudre notre puzzle, tout en parlant de ces travaux d’aiguille sonore avec les autres.
Pour faire signe. Pour nous justifier, pour enterrer l’échec ou pour freiner, de page en page, le suicide. Pour faire le ménage onirique, par thérapeutique.
Par recherche de l’identité natale, par goût errant de l’absolu.
Pour nous enrichir et pour tout perdre.
On écrit pour toutes ces raisons mêlées.
On écrit pour toucher terre, contre le refus de l’amour, contre l’origine souillée, contre les phares béants de la mort.
Mais le pays natal, au moment où on l’accoste, se volatilise. Il s’appelait bien sûr, la solitude.
Jean Breton
L’équilibre en flamme

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 15:30

Soyons clair. Aucun media n'est jamais obligé de "reprendre" les révélations d'un autre media. Il peut y avoir toutes sortes de raisons de ne pas les reprendre. Soit qu'on ne les estime pas fiables, soit (si si, ça arrive) qu'on ne souhaite pas, par vilaine jalousie, faire de la pub à un media concurrent. Et Mediapart n'échappe pas à la règle. Aucun confrère n'est obligé de reprendre les révélations de Mediapart. A fortiori, sur l'affaire du financement libyen de la campagne de Sarkozy, affaire sur laquelle, personnellement, j'ai toujours estimé que Mediapart, à la différence des affaires Bettencourt ou Cahuzac, n'avait pas fourni dès le départ la preuve irréfutable de l'existence de ces financements. Des témoins à la sincérité invérifiable, des documents contestés : le doute pouvait subsister.

Ça, c'était jusqu'à avant-hier, mardi 15 novembre. Avant-hier, Mediapart a mis en ligne (1) une interview de l'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine, racontant dans le détail comment il apporté à trois reprises, en 2006 et 2007, trois mallettes de billets de 500 et 200 euros au ministère de l'Intérieur, alors dirigé par Sarkozy (pour un total de cinq millions d'euros). Peut-être Takieddine fabule-t-il. Peut-être a-t-il tout inventé. Toujours est-il que ce témoignage existe. Qu'il est précis. Que Takieddine s'est mis dans la situation de devoir en répondre à la Justice (il a d'ailleurs été, le soir même, entendu par la police) (2).

Il est donc tout simplement incompréhensible qu'un journal comme le 20 Heures de Field et Pujadas, entre autres, n'en ait soufflé mot ni mardi (3), ni mercredi soir. On peut présenter ce témoignage avec toutes les précautions possibles. On peut simplement le citer sans rien en diffuser. On peut, comme Le Monde (4), estimer ce témoignage tardif, douteux, estimer que les mobiles de ces versements sont imprécis. Mais le passer purement et simplement sous silence, c'est commettre, aux yeux de la France entière, une erreur qui sera longtemps reprochée aux medias taiseux. Que croient-ils ? Qu'on ne les voit pas ? Qu'on ne se rend compte de rien ? Mais leur silence, sur cet enième épisode du feuilleton français "les politiques et les mallettes", qui rappellera aux plus anciens la belle époque de la "cassette Méry" (5) éclate tous les soirs, comme une insulte à des millions de citoyens.

D'autant que l'événement survient à quelques jours du dernier débat de la primaire de la Droite. Dans lequel on guettera évidemment toute allusion à "la" question. On imagine la nervosité en coulisse, dont témoignent les préparatifs. A en croire Le Parisien (6), tout a été fait pour que le débat ne déborde pas : d'abord, la chaîne de Field a préféré s'associer à Europe 1 qu'à France Inter. Effets collatéraux : les potentiels (et relatifs) incontrôlables ont été écartés : le sûr Elkabbach a été préféré au jeune Sotto (qui avait asticoté Sarkozy sur Bygmalion (7)), Et Nathalie Saint-Cricq préférée à Léa ("c'est une plaisanterie") (8) Salamé, officiellement, défense de rire, parce que Europe 1 ne souhaitait pas qu'on entende Salamé sur son antenne. Les boulons sont serrés. Mais le sont-ils jamais assez ?

Partager cet article

Repost 0
Published by catsenvole
commenter cet article

commentaires